Wessanen (Bjorg Bonneterre) change de nom et relocalise son siège

Article mis en ligne par · 23 novembre 2020 ·

Wessanen, l’entreprise pionnière du bio se rebaptise Ecotone pour “incarner sa nouvelle mission : nourrir la biodiversité”. Le fabricant des marques Bjorg, Bonneterre, Alter Eco, Clipper, Destination, Danival… ferme son siège social néerlandais pour regrouper l’ensemble de ses activités en France, à Saint-Genis-Laval (Rhône), berceau du groupe.

C’est à Saint-Genis-Laval qu’est née la marque Bjorg en 1988, Bonneterre, l’autre pilier historique du groupe, ayant été rachetée par celui-ci en 1994. Aujourd’hui, le site reste le centre de gravité du groupe, accueillant notamment ses “expertises en recherche & développement et responsabilité sociale et environnementale”, souligne Christophe Barnouin, le président d’Ecotone. Et la France génère encore 60 % de son chiffre d’affaires (625 millions d’euros en 2019). Y transférer la direction néerlandaise et sa vingtaine de salariés (sur un effectif total de 1 600 dont 500 en France) était une question de “cohérence” au yeux du dirigeant. En plus du siège français, Saint-Genis-Laval accueille donc désormais la direction financière internationale, renforçant son ancrage local.

Christophe Barnouin, président d’Ecotone

Biodiversité à tous les niveaux

Parallèlement, le changement de nom du groupe marque une nouvelle étape de son engagement pour la “construction d’un modèle alimentaire alternatif”. Ecotone – terme qui désigne une zone de transition entre deux écosytèmes – se fixe en effet de nouveaux objectifs écologiques à l’horizon 2030 : encourager la biodiversité agricole en portant la part des produits bio à 90 % de son chiffre d’affaires (contre 80 % actuellement) ; encourager la “biodiversité dans l’assiette” en proposant deux-tiers de produits ne contenant aucune des neuf espèces végétales dominantes dans notre alimentation (blé, riz, maïs, soja, huile de palme…) ; “faire grandir la biodiversité dans les champs” en triplant le volume des matières premières stratégiques cultivées en dépassant les normes du cahier des charges AB.

Cette mutation succède au rachat du groupe par l’investisseur Charles Jobson, associé au fonds français PAI Partners, assorti de son retrait de la Bourse, l’an dernier. “Le développement d’une entreprise bio et durable n’était plus compatible avec une gestion au trimestre”, résume en style imagé Christophe Barnouin. Ecotone a été la première entreprise européenne a obtenir l’exigeante certification sociétale et environnementale B Corp en 2017 (renouvelée en 2020) profite de la relocalisation de son siège social en France pour confirmer son rôle d’entreprise à mission, un statut officiel qui permet aux entreprises d’inscrire leur raison d’être dans leurs statuts.

Olivier Costil

www.ecotone.bio.fr

Restez informés !

Recevez en avant-première toute l’actualité du secteur.