La consommation mondiale de vin bio en pleine effervescence

Article mis en ligne par · 17 juillet 2020 ·

Une étude publiée par le salon Millésime Bio prévoit une augmentation de 71 % de la consommation de vin bio d’ici 2023 sur les cinq marchés clés que sont la France, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et les États-Unis, qui totalisent plus de la moitié de la consommation mondiale de vin bio. Tirée par la demande de produits respectueux de l’environnement, la progression est générale.

Alors que la consommation de vins produits de manière conventionnelle décroît, le vin biologique gagne des parts de marché. Portée par la demande des consommateurs pour des produits respectueux de l’environnement, la consommation de vin bio a pratiquement doublé dans le monde depuis 2013 et progresse au détriment des vins réalisés de manière conventionnelle. De l’ordre de 1,5 % en 2013, la consommation de vin bio a ainsi atteint 2,6 % du marché mondial du vin en 2018 et en représentera 3,5 % en 2023, selon une étude publiée par le salon Millésime Bio, qui s’est tenu du 27 au 29 janvier dernier à Montpellier.

La production suit

Pour répondre aux besoins du marché, la France, l’Italie et l’Espagne, soit les trois principaux pays producteurs de vin bio au monde, vont considérablement accélérer la conversion de leurs vignobles pour atteindre une production de l’ordre de 2 milliards de cols en bio en 2023. En France, le rythme des conversions va doubler, afin d’augmenter les volumes de production. L’évolution est générale, touchant à la fois la production de vins tranquilles et la production de vins effervescents. La consommation des effervescents bio, mesurée pour la première fois par Millésime Bio, a progressé de 19,1 % en moyenne par an sur la période 2013-2018. Cette tendance va se poursuivre sur la période 2018-2023 avec une progression moyenne attendue de 8,2 % par an. Sur la même période, la consommation des effervescents non-bio ne progressera que de 0,5 % par an en moyenne. En réaction à la demande des consommateurs, la production d’effervescents bio dans les cinq pays de l’étude a triplé entre 2013 et 2018, passant de 30 millions à 95 millions de cols par an. Elle devrait atteindre 97,6 millions de cols en 2019. Les vins effervescents bio sont par ailleurs créateurs de valeur : si le prix moyen d’une bouteille sur les cinq pays est de 14 € en 2019, il va progresser de l’ordre de 2,7 % par an jusqu’en 2023.

La France, futur premier pays consommateur

La progression de la consommation de vin bio est générale. Le marché domestique espagnol décolle, tandis que les États-Unis, déjà le premier marché du vin non-bio au monde, va dépasser l’Italie comme troisième pays consommateur de vin bio au monde. La France consommera quant à elle, deux fois plus de vin bio en 2021 qu’en 2013. Elle doublera alors l’Allemagne comme premier pays consommateur. En 2023, la France représentera même 20 % de la consommation mondiale. L’Italie, plus gros pays producteur, est aussi le premier exportateur de vins bio. Les productions de l’Italie et de l’Espagne sont avant tout destinées à l’export. Les productions de la France, l’Allemagne et les États- Unis sont majoritairement consommées dans le pays.